The Mirror

       Ce projet est né d’une recherche sur la dissimulation. Dans cette étude les miroirs s’imposent en maître pour dissimuler. Contrairement aux autres objets, un miroir, s’il est regardé, n’est jamais vraiment vu, étant toujours distrait par l’image qu’il reflète. On peut donc très aisément l’utiliser pour cacher une porte secrète, par exemple.
       J’ai fabriqué ce «miroir » abîmé par les taches. Au premier coup d’œil, il n’y a rien de plus à voir qu’un vieux miroir. Mais, il y a en fait tout un monde caché dans cet objet. Ces « taches de vieillesse » s’avèrent être des images et des photos, gravées dans le zinc à l’aide de la photogravure. Elles sont invisibles à l’œil nu.
       Lors de l’exposition, le miroir est présenté avec une lampe torche, pour être utilisée par le visiteur. Ce dernier est alors plongé dans le noir. Lorsqu’il dirige le faisceau lumineux sur le miroir, apparaissent alors les images invisibles, projetées sur le mur d’en face.
       C’est un jeu avec ce qui est vu « au début », « à la surface des choses », et une invitation à creuser plus loin, pour découvrir des sens cachés, des images secrètes, grâce à une maîtrise de la matière. Cette recherche a aussi donné lieu à l’écriture d’un essai ‘La Dissimulation’, dans lequel des sujets comme la lumière, l’ombre, le rapport au réel, la technologie, la sorcellerie et les arts sont travaillés et mis en perspective pour comprendre quelques faits de notre société moderne, sous la lampe de la dissimulation.

2019
100×80; Plaques de zinc; Soie peinte; Lumière